Résumé du projet

INTERREG GR : Renforcer la compétitivité et l’attractivité de la Grande Région

INTERREG, programme de « coopération territoriale européenne (CTE) », s’inscrit dans le cadre de la politique de cohésion européenne. Cette politique vise à renforcer la cohésion économique, sociale et territoriale en réduisant les différences de développement entre les différents territoires de l’Union européenne. Financé par le « Fonds Européen de Développement Régional » (FEDER), INTERREG constitue depuis plus de 25 ans le cadre pour des coopérations transnationales, transfrontalières et interrégionales.

Le Programme INTERREG V A Grande Région soutient des projets de coopération transfrontalière entre acteurs locaux et régionaux issus des territoires qui composent la Grande Région.

Une réflexion commune sur la problématique de la pollution lumineuse et son impact sur la biodiversité

Le projet Smart Light-Hub est un projet Interreg V A Grande Région, qui vise à faciliter l’émergence de réponses collectives à des besoins non satisfaits en matière d’éclairage artificiel.

Le projet tend également à renforcer la coopération transfrontalière en Grande Région en induisant des synergies entre opérateurs afin de définir une vision novatrice, respectueuse des écosystèmes, économiquement rentable et créative de l’éclairage dans les espaces publics et privatifs.

La Recherche et le Développement ambitionne d’aboutir à des solutions concrètes et particulièrement des résultats permettant de lutter contre la pollution lumineuse et les pertes d’énergie.

L’originalité de l’initiative réside dans son approche intégrée de l’éclairage artificiel qui prend en compte à la fois les critères énergétiques et ceux liés à la préservation de la biodiversité.

Plusieurs partenaires autour d’une même méthode

Le projet Smart Light Hub regroupe 4 partenaires opérateurs issus de 3 versants de la Grande Région : l’Université de Liège (ULiège), l’Université de Trêves (UTriër), l’asbl Natagora et le Territoire Naturel Transfrontalier (TNT).

Ils sont soutenus par des partenaires méthodologiques, qui leur offrent un soutien logistique, intellectuel et relationnel. Parmi eux, l’Agence Luxembourgeoise d’Action Culturelle (ALAC), le Tiers-lieu Bliiida et le Parc Naturel de l’Our.

Les objectifs poursuivis par l’ensemble de ces partenaires sont :

  • La mise en place d’un réseau transfrontalier (Hub) spécialisé dans la pollution lumineuse et de ses impacts sur la biodiversité ;
  • La création et la mise à disposition de prototypes exemplaires et inspirants ;
  • L’élaboration d’un espace mobile de travail et d’exposition (Lab) composé de containers maritimes transformés ;
  • La mise en place d’une structure pérenne avec des acteurs volontaires.

La collaboration de ces partenaires se fait selon autour d’une méthode commune, profitant des compétences propres à chacun :

  • Natagora procède à une étude de terrain avec le test de différentes lampes dans plusieurs biotopes ;
  • L’Université de Liège organise des sessions de sensibilisation et des sessions de co-création (ateliers d’hybridation) « Art-Science-Entreprenariat » visant à imaginer des dispositifs lumineux innovants et inspirants ;
  • Le TNT met à disposition ses parcs comme lieux de démonstration et de sensibilisation quant à la problématique et aux solutions imaginées ;
  • L’Université de Trêves travaille à la sensibilisation et à la diffusion vers les acteurs économiques et le marché.

Le projet Smart Light Hub – dont la durée est fixé à 36 mois (2019-2021) – est financé à hauteur d’1.777.651,70 euros.